Oui, il y de vrais risques à consulter un psy !


L'autre jour, un ami à moi me reprochait de ne lui confier que très rarement mes problèmes ou mes états d'âme malheureux. Et c'est vrai que la plupart des gens préfèrent se décharger de leurs problèmes sur leurs amis plutôt que de payer un expert pour les aider à régler ces problèmes.

Chacun a ses raisons, plus ou moins bonnes :

1 - le psy c'est pour les fous,
2 - le psy c'est dangereux, ça va s'infiltrer dans ta tête pour te laver le cerveau,
3 - le psy ça coûte cher, et mon problème n'est pas si grave,
4 - je peux avoir la même chose gratuitement en parlant à un ami plutôt qu'à un psy, ...

Au risque de décevoir quelques personnes, tout ça n'est que du cliché. Mais les personnes qui disent qu'il est risqué de consulter un psy n'ont pas tort pour autant. Dans cet article, je vais commencer par vous raconter comment ça s'est passé pour moi, et rassurer les "pro-psys" : non, il n'y a pas que des risques, je vais donc aussi parler des avantages.
Je vous conseille de lire tout l'article si vous voulez garder le fil.

Bonne lecture.

Avant de consulter un professionnel de la relation, je croyais sincèrement que si j'allais voir un psy, il me ferait nécessairement "interner chez les fous", que d'un coup, tout le monde serait au courant que ça ne va pas dans ma tête, et qu'il ne pouvait pas y avoir plus grand échec que de devoir aller se faire décortiquer le cerveau par un sadique manipulateur...

(Je les voyais un peu comme ça.)

Et puis les problèmes sont arrivés, et j'étais encore plus certaine de finir dans un asile si j'en parlais à mes proches plutôt qu'à n'importe qui d'autre : je supportais de moins en moins qu'on ne m'écoute pas, et je réagissais de plus en plus violemment quand on ignorait mes conseils pourtant bien utiles en réalité. Si bien qu'un jour, je fus confrontée à cette réaction agréable et sensible que peuvent parfois avoir les gens un peu inquiets pour leur sécurité physique...

Eh oui : j'étais fichée. Plus le choix, j'allais devoir consulter au moins une fois, ne serait-ce que pour savoir si oui ou non j'étais aussi folle que les autres le disaient...

Finalement il s'est avéré que ma réaction était parfaitement normale, étant donné le vécu qui l'accompagnait. J'ai aussi découvert qu'au lieu de m'aider, les personnes à qui j'avais confié mon problème n'avaient fait que rajouter au venin, le plus souvent par maladresse et avec les meilleures intentions du monde...

Je n'avais fait que suivre leurs conseils avisés et bienveillants. Et les choses avaient empiré, elles le font souvent.
Mais plutôt que de m'étendre sur cette histoire, je vais vous dire pourquoi maintenant je préfère garder mes soucis pour mon psy. En vérité, ça a des avantages autant pour moi que pour mes proches :

Les avantages pour moi :

1 - Moins je parle de mes problèmes à mes proches, et moins je pense à mes problèmes : je vois mes proches tous les jours, et fatalement, si on parle d'autre chose, on a plus de chances de penser à autre chose, et l'inverse est vrai aussi, plus je parlais de ces problèmes, et plus j'y pensais, et plus je m'embourbais dedans. Donc je préfère leur parler de choses qui me plaisent, bonus pour moi !

2 - Je renvoie plus facilement une image positive de moi-même : je suis celle qui affronte tous les problèmes en gardant la tête haute et celle qui ne se plaint jamais ou presque ! Bonus pour moi.

3 - Je parle de mes problèmes à une personne qui est tenue au secret professionnel, ce qui veut dire que je suis sûre qu'elle n'en parlera à personne sans mon autorisation. Aucun risque de fuite d'information, la seule personne à qui je parle ne répètera rien à personne tant qu'aucune vie n'est en danger. Je ne crains plus pour ma réputation. Tranquilité d'esprit : bonus pour moi !

4 - Cette même personne qui ne répètera rien à personne a pour travail de ne pas émettre de jugement dégradant quant à ma façon d'agir, de réagir, de parler ou de ressentir les choses : j'ai le droit de m'éffondrer, elle ne me dira pas que j'ai l'air d'une loque ou que je dois arrêter de me morfondre. Mieux encore, elle risque de m'y encourager et de me dire que mon sentiment est parfaitement légitime. Tranquilité d'esprit bis : bonus pour moi.

5 - Je parle à une personne qui a réellement les compétences nécessaires pour m'aider à régler mon problème. Si j'y mets un peu de volonté et de régularité, je suis sûre qu'au pire ça finira par aller un peu mieux. Au mieux : mon problème est réglé et je sais comment gérer seule s'il reparait : bonus pour moi.

Les avantages pour mes proches :

1 - Ils ne sont plus obligés de porter le poids de mes problèmes en plus des leurs : bonus pour eux.

2 - Je suis bien plus agréable à vivre et bien plus capable de les soutenir quand je me montre vive et joyeuse que quand je pleure sur leurs épaules : bonus pour eux.

3 - Ils n'ont plus besoin de surveiller chacun de leurs mots pour vérifier qu'ils ne laissent pas échapper une information sensible à mon sujet. Tranquilité d'esprit : bonus pour eux !

Bien sûr, contrairement à moi, vous pourriez ne pas vouloir de ces avantages. Et vous auriez raison.
En effet, tous ces bonus ont un prix, un vrai et pas des moindres.

En allant voir un psy, vous risquez de :

1 - Vous engager dans un processus à long terme : ça peut durer trois séances, ou ça peut durer plusieurs années. Tout dépend du problème et du type de thérapie.

2 - Confier vos problèmes et votre intimité à quelqu'un qui ne vous connait pas, et qui ne connait pas votre entourage,

3 - Voir ou de devoir changer certains de vos comportements, ce qui ne changera pas qui vous êtes, mais demande un effort quand même.

4 - Vous rendre compte que vous n'avez pas besoin de certains médicaments, ce qui vous redonne du pouvoir, mais signifie aussi que c'est à vous d'agir pour aller mieux.

5 - Dépenser de l'argent de façon vraiment utile pour vous
plutôt que dans des futilités ou dans des drogues.

6 - Et pire que tout : vous risquez de trouver une solution à vos problèmes, et d'aller beaucoup mieux.
Et aussi paradoxal que ce dernier point puisse sembler, nous avons déjà vu ici que ce n'est pas forcément ce que vous voulez réellement.

Alors avant d'aller consulter un psychothérapeute, posez vous sincèrement ces 3 questions :

"Suis-je vraiment prêt à faire ce qu'il faut pour aller mieux ?"

"Ai-je vraiment envie de soulager mon entourage du poids de mes fardeaux ?"

"Est-ce que je me sens capable de mener un tel travail jusqu'au bout ?"


Je vous laisse me dire tout ça dans les commentaires.

Partagez cet article !